Archives pour la catégorie Commission

PV laboratoire logement – 15 avril 2016

PV laboratoire logement  – 15 avril 2016

 

Approbation et diffusion du PV précédent

PV approuvé

RTA : accompagnement méthodologique

Des réunions plénières sont organisées entre les labos, nous sommes accompagnés par RTA. Lors de ces réunions, nous nous sommes rendus compte que nous étions toujours dans la réflexion et pas encore dans l’action. Notre intention reste de passer dans l’action, mais nous devons encore, dans ce labo, pouvoir amener des éléments de réflexion.

Mado : tour de table

La MADO est un espace qui rassemble plusieurs partenaires pour la tranche d’âge des 11-25 ans.

Cette association procède avec 3 rencontres par demande en vue d’une orientation vers un partenaire qui gravite autour de la MADO. Le service est gratuit. Il travaille principalement dans l’intersectorialité et l’orientation. La particularité est que les services partenaires y font des permanences (le tout dans un même lieu, avec un même dossier, chaque partenaire alimente le Dossier Global du Jeune). Le Ministre de l’Aide à la Jeunesse fait de ce type de projet une priorité et il souhaite initier le projet sur NAMUR.

Il y a un souhait que si un projet se met en place sur Namur, il soit connecté avec ce qui existe déjà sur le namurois.

Appel au groupe sur les constats que l’on pourrait renvoyer au Ministre pour que cette Mado réponde aux besoins identifiés. (Les interpellations peuvent être envoyées à l’adresse laboratoire16-25@gmail.com)

Personnes-ressources

4.1 Présentation des billets Infor-Jeunes

Voir site Infor-Jeunes : www.inforjeunesnamur.be

Billet d’information à destination des jeunes, un billet sort chaque semaine.

C’est de l’information générale avec des liens pour les questions plus spécifiques.

Il y a plusieurs thématiques dont une traitant du logement. Les billets sont plus facilement accessibles via un partenaire.

Des billets vont être réalisés en mode vidéo de trois minutes.

Le groupe de réflexion I-J se réunit tous les trois mois et les services extérieurs peuvent y soumettre des idées de billets.

4.2 SOS jeunes

Cette association et son coordinateur, M. Hugo Lantaire ont été rencontrés le 15 mars avec l’ancien questionnaire.

Le projet se nomme « transit toit », le projet existe depuis 15 ans et est mené en partenariat avec l’AIS, SASB, Free cliniq, et d’autres ASBL (SSM, médiation de dettes, promotion de la santé, prévention violences conjugales et familiales,…).  Ce sont des habitats de transition (4 à 6 mois). L’objectif est de tester un dispositif pour les jeunes qui sortent de l’AAJ (de 17 ans et 9 mois à 20 ans). La tranche d’âge se justifie par le fait que les jeunes doivent répondre à une condition de revenus. Les autres conditions sont d’être en ordre de séjour, d’avoir la garantie locative ou accord CPAS, et de bénéficier d’un service d’accompagnement.

L’AIS reste responsable vis-à-vis du propriétaire. L’AIS était le demandeur pour ce projet. Il y a eu beaucoup de partenariats pour éviter le vide locatif. L’AMO y est présente deux fois par semaine. Il n’existe pas de canevas commun d’accompagnement. C’est le service envoyeur qui organise l’accompagnement. Existence de fiches sortie, entrée et état des lieux. Le jeune ne peut refuser l’accompagnement du service qui le met dans le logement de transit. Un membre de l’AMO participe au comité de gestion (il veille au respect de la convention.) ; membre différent de celui qui accompagne le jeune.

Lorsqu’un logement est disponible, il y a un appel à candidats valable 5 jours. Il existe des règles de priorité (ex : après délais, n’importe quel jeune peut être candidat au logement).

Lorsqu’il y a des dégâts, c’est au service envoyeur de les prendre en charge.
Tous les partenaires peuvent quitter la convention.

SOS jeunes a un nouveau projet : « habitat solidaire » qui devrait être mis en place début 2017 via un appel au Fond BXL Capitale ; projet qui vise la réhabilitation de 2 bâtiments, mixité des publics afin de favoriser la solidarité (jeunes-personnes âgées ou familles) et le partage des responsabilités, notamment l’aspect financier. Bail de 9 ans. Le cabinet semble être intéressé.

Questions-réactions: beaucoup d’engagements financiers entre partenaires. En cas de pépin, c’est le service envoyeur qui paye à la place du jeune.

Importance de la charge financière.

  • Les documents (attestation de convention,…) seront joints ultérieurement sous réserve de l’accord de l’association.

4.3 Projet Avarap :

Difficulté de trouver une personne de contact. « Avarap », on ne sait pas si c’est le nom d’un projet ou de l’ASBL.

4.4 La passerelle :

Partenaires principaux : l’AIS, l’APL et 3 services AAJ dont la Pommeraie. Un des kots est directement mis en location à la Pommeraie pour faire un logement supplémentaire de crise.

L’AMO sera un service ressource se situant juste en dessous des kots.

Les jeunes signeront une convention d’occupation précaire de max 3 mois. Ces 3 mois ont pour objectif de mettre le jeune dans de réelles conditions de mise en autonomie afin qu’il la teste et qu’il puisse se raviser si nécessaire.

Les jeunes dépendront d’un service mandaté de l’AAJ.

Une tournante sera organisée entre les 3 services AAJ en ce qui concerne l’occupation du kot.

L’AIS reste le bailleur, il est chargé d’assurer le vide locatif et la remise en état.

L’APL, présente également au rez-de-chaussée, est un service ressource pour la gestion du logement et la recherche d’un futur logement.

4.5 Carrefour-J

Contact avec l’AMO Carrefours J (Wavre) concernant le projet logement « kot toit » des 17 ans ½ -25 ans, des jeunes qui seuls auraient une difficulté à trouver un logement (manque des ressources et/ou finances).

Dans ce projet « kot toit », l’accompagnement est négocié avec les jeunes, pas d’obligation.

Réflexion depuis 15 ans avec le PCS, le CPAS et l’AIS.

Société logement social à Wavre, question d’opportunité, via une Echevine de la cohésion sociale et Présidente soit de l’AIS soit du logement social, une structure accueillant des femmes battues a déménagé. Création des logements de transition pour les jeunes : 8 appartements et bureau pour les travailleurs qui suivent le projet, salle commune. Projet inspiré du projet « Invasion » et du CEMO.

Les partenaires principaux sont : AMO, PCS, CPAS, AIS, propriétaire.

Intérêt du propriétaire : que la Ville accepte de diviser son bâtiment et que les logements soient pris en charge via l’AIS et la Commune

Intérêt de l’AIS : 8 logements supplémentaires.

Intérêt de l’Amo : logement pour son public.

Convention au moment où ils sont passés à l’action : « Convention pour mise en application ». Pour l’AMO, un mi-temps est consacré à ce projet au sein de Carrefour-J. Le réseau est soutenu par « Habitat et participation » et deux comités d’accompagnement (un comité restreint et un comité d’attribution) qui s’occupent notamment des questions d’attribution des logements.

Le CPAS prend le relais au niveau de l’accompagnement une fois que le jeune a atteint sa majorité (max 20 ans en AAJ).

La logique de réflexion a été longue.

Les jeunes rentrent en mai dans les logements. Le ROI est très contraignant.

Bail renouvelable (renouvellement évalué par le Comité restreint) de 18 mois à max 3 ans.  Pas de problème de vide locatif vu qu’il est pris en charge par l’AIS.

La commune quant à elle prend en charge les travaux. Aucune implication financière de l’AMO et du CPAS.

Conclusion

Point commun : demande de garantie financière.

Les services non mandatés revoient un peu leur manière de penser en termes d’accompagnement.

Processus très long, une AIS dans chaque projet.

Rappel : Les perches dans la phase exploratoire ont été lancées à l’AAJ par l’AIS de Namur notamment en termes d’accompagnement social des jeunes.

  1. Retour sur le colloque Habitat solidaire :

Un colloque s’est tenu le 4 mars au moulin de Beez autour de la thématique de l’habitat solidaire. « Habitat et participation » a 3 missions : promouvoir les aspects interactifs et participatifs par rapport à la gestion du territoire et au développement local et urbain à travers :

  • la participation citoyenne
  • l’appropriation du cadre de vie
  • le droit à l’habitat

Habitat et participation propose un accompagnement méthodologique.  

Différents projets sont présentés et notamment le rôle de l’accompagnement.

Présentation de l’ « Habitat solidaire » :

Pour qu’un habitat soit dit solidaire, il faut réunir plusieurs critères dont : critère de précarité sociale pour le public, projet pédagogique en lien avec l’habitat solidaire

Un exemple à Louvain. Différentes portes d’entrée : opportunité, groupe…

  1.  Phase d’observation
  2.  Définition du projet
  3.  Définition du public cible
  4.  Création d’un partenariat
  5.  Localisation
  6.  Définir le projet architectural
  7.  Montage financier
  8.  Juridiques
  9.  Urbanisme

10.Gestion du groupe

Discussion dans le groupe : Demande d’accompagnement d’Habitat et participation en termes de méthodologie.

  1. Formation :

Formations organisées par « Le Rappel » qui est une APL et « Habitat et participation » :

  • Contractualisation du travail
  • Accompagnement technico-social
  • Accompagnement social en matière de logement et de santé mentale
  • Visite de projets expérimentaux et innovants
  •  Accompagnement social individuel en matière d’habitat

  1. Argumentaire (cf doc distribué le jour même):

Argumentaire des services mandatés :

  • Garantie d’un accompagnement par une personne de référence jusqu’à 18 ans (jusque 20 ans si demande de prolongation). Attention, si le jeune n’est plus preneur, les services ne savent plus rien faire.
  • Garantie de l’engagement du service pour le propriétaire : disponibilité lorsqu’il y a un souci.
  • Interface : le propriétaire ne se retrouve pas tout seul devant son locataire.
  • Aide dans l’apprentissage et la préparation pour la mise en autonomie :

Un apprentissage dans la gestion concrète d’un logement, d’un budget et de la solitude, mais également un apprentissage pour se nourrir,  dans la relation avec le voisinage et le propriétaire.

  • Construction d’un projet de mise en autonomie sur le long terme lorsque le jeune est encore mineur.

Argumentaire des services non mandatés :

  • Accompagnement spécifique du jeune avant, pendant et après la mise en autonomie : un soutien éducatif, social et administratif. (Même remarque que les services mandatés : peut-être nécessité de négocier la transparence envers le propriétaire concernant la non-garantie d’un accompagnement ?)
  • Relation de confiance qui peut être un levier, transparence vis-à-vis du jeune.
  • Vision globale de la situation du jeune.
  • Garantie d’un point de chute pour le jeune quand il en a besoin.
  • Garantie d’un réseau autour du jeune que nous l’aidons à activer lorsqu’il en a besoin, orientation vers les services adéquats

Éléments communs :

  • Accompagnement dans le processus de mise en autonomie (avant, pendant et après), aide à la fois sociale, administrative, éducative, logistique et relationnelle
  • Possibilité de jouer un rôle d’interface dans les contacts entre le jeune et le propriétaire, un rôle de médiateur en cas de conflit ou de difficulté (administrative, de dégradation, de non-paiement, de voisinage…)
  • Garantie d’un relais vers les services compétents (CPAS…)

  • Balises que l’on pourrait présenter lors d’une rencontre avec le secteur logement.
  1. Plan d’action : présentation des premières grandes lignes 

=> Point reporté au prochain labo.

Point à aborder à la prochaine réunion :

– Argumentaire à revoir avec le groupe

– Présentation du projet de « Pari mena »

– Plan d’action à voir avec le groupe

– Participation de l’APL de Sambreville ?

=> Demande que l’APL Sambreville puisse participer au prochain labo.

=> Cristèle AMOBS fait compléter le nouveau questionnaire à l’APL.

– Accompagnement par « Habitat et participation »

– Ouvrir le groupe aux acteurs de la santé mentale ?

– Quid de la pertinence de la participation d’InforJeunes dans ce labo ?

=> proposition d’InforJeunes de s’investir ultérieurement, plus dans l’aspect méthodologie.

Prochain labo logement : 6 juin 2016, 13H30- 15H30 à Saint-Jean-de-Dieu (39, rue Louis Loiseau 5000 Namur).

Enquête Sypa

Ce document date un peu, mais il s’agit d’une photographie des situations prises en charges par les différents services privés de l’aide à la jeunesse namuroise en 2009. Le projet a été supervisé par RTA pour lui donner un maximum de légitimité.  Il s’agit de l’avant dernière enquête réalisé par la commission du même nom.

  • Vincent Dufour de l’Institut Saint Jean de Dieu,
  • Pascal Thomas des Accors,
  • Eric Olivier du Foyer de Burnot
  • et Laurent Lebutte des Cabris.

A consulter à votre bon plaisir

 

 

 

 

Passage à la majorité, une transition complexe

Mercredi 16 septembre 2015 au Centre Marcel Hicter la marlagne

Participation : 10 € (lunch compris)

À verser sur le compte d’ImaginAMO n° BE59 0682 4512 8626 avec votre nom et service en communication

Infos et inscriptions au 081/61.05.44 ou imaginamo@skynet.be

Projet organisé dans le cadre des projets de prévention générale 2015 du Conseil d’Arrondissement de l’Aide à la Jeunesse de Namur

  • Origine du projet:

Il y a trois ans, plusieurs services du secteur de l’Aide à la Jeunesse par le biais d’une commission SyPa ont fait le constat d’une augmentation de demandes de jeunes adultes, en situation de rupture sociale et/ou en décrochage scolaire. Le diagnostic social réalisé dernièrement par le CAAJ de Namur le confirme. Ce constat est aussi partagé par tous les services pour adultes rencontrés. Il a été soulevé le fait qu’il manquait un « chainon » entre les secteurs et /ou entre les services, une nécessaire concertation permettant de faciliter la transition et l’insertion du jeune fragilisé vers le monde adulte.

Le CAAJ de Namur organise donc une journée de réflexion sur ce passage à la majorité. Celle-ci se construit en deux temps :

  • un premier temps de « conférences » Les conférences seront l’occasion de prendre de la hauteur par rapport au phénomène, grâce à des intervenants extérieurs.
  • un deuxième temps de « tables rondes ».  Les tables rondes permettront d’échanger autour d’une thématique. Les objectifs sont de relever les manques et les ressources au niveau institutionnel mais aussi de partager des projets innovants, les initiatives qui montrent déjà des effets positifs…..

Au terme de cette journée, en fonction de l’intérêt que les participants auront porté aux thématiques, nous organiserons des laboratoires » dans le but de réfléchir à des projets ou des synergies à mettre en place sur le territoire.
Sypa DGAJ CAAJ namur

Journée SyPa du 22 mai Jean-Paul Gaillard « Enfants et adolescents en mutations »

Le vendredi 22 mai, pour notre journée d’étude SyPa invite Monsieur Jean-Paul Gaillard pour nous parler :

Enfants et adolescents en mutation. La question de l’éducation en ce début de siècle :

un point de vue systémique.

gaillard-mutants

Si cette conférence vous interesse je vous invite à vous inscrire à notre lettre d’information = > http://eepurl.com/58hrT

 Le lien familial, l’éducation spécialisée, l’accompagnement psychothérapeutique, sont aujourd’hui confrontés à une révolution qui, depuis quelques années, exerce une influence décisive sur l’ensemble de ces pratique : cette révolution relève de l’actuelle mutation sociétale indûment appelée « crise » par les politiques et les médias. Continuer la lecture de Journée SyPa du 22 mai Jean-Paul Gaillard « Enfants et adolescents en mutations » 

Intervenir face au traumatisme journée SyPa du 28 mai 2013

Le 28 mai 2013 à 9h SyPa organise sa journée d’étude à la Marlagne.
le prix d’entrée est de 25€ le paiement sur le compte N°001-2123405-54 fait office de réservation

Alain SCHITTECATTE est assistant social de formation et licencié en travail social. Il travaillait déjà comme
éducateur dans l’Aide à la Jeunesse, au Pensionnat Jules Lejeune, quand il entama
ses études sociales.
Il fut très tôt confronté à la question de la violence aussi bien dans cette première
expérience éducative que dans son poste d’assistant social à SOS Jeunes.
Ses expériences l’ont orienté à s’intéresser, à s’investir et se spécialiser dans la gestion
de crise et du trauma.

Il entamera diverses formations à ce sujet dont « Somatic expériencing », formation
qui vient des USA, et qui reste pour lui une de ses ressources principales dans son
travail car elle permet de développer une approche thérapeutique adaptée pour les
services sociaux.
Il insiste donc sur l’importance de garder une dimension sociale dans le travail
thérapeutique autour du traumatisme.

Continuer la lecture de Intervenir face au traumatisme journée SyPa du 28 mai 2013 

kot jeune amo basse-sambre

Comme vous l’avez appris par un courriel qui vous a été adressé par Marc Lagneaux, le Groupe
Animation de la Basse-Sambre (GABS) en collaboration avec l’AMO Basse-Sambre et l’AIS des cantons
de Gembloux-Fosses est en train de monter un nouveau projet à Tamines.

Ce projet consiste en l’aménagement de deux bâtiments situés rue de la Passerelle à Tamines :
on pourra y trouver un vaste espace associatif et les bureaux de l’AMO au rez de chaussée, deux
appartements 3 chambres, et enfin 2 studios pouvant s’adresser à des jeunes en difficultés diverses.

Nous souhaitons vous inviter à une rencontre visant à peaufiner le projet et envisager un partenariat
fort avec votre association ou service.

La rencontre aura lieu le mercredi 23 janvier à 13h30 dans les locaux du GABS, rue des
Glaces Nationales, 142 à Auvelais (1er étage).

L’ordre du jour de la réunion sera le suivant :

– présentation partenaires,

– présentation des plans,

– description du type de contrat envisagé par l’AIS,

– constat sur l’utilité d’un hébergement,

– Avis sur modalité d’occupation,

– création d’un comité de pilotage.

Marie-Laure Thiry,
responsable APL

Marc Lagneaux,
directeur AMO

Eric Damanet,
AIS

Claudio Pescarollo,
directeur du GABS,